Se connecter

Votre panier est vide

English | Français

Les chemins des proies. Une histoire de la flibuste

Histoire,

Les chemins des proies.   Une histoire de la flibuste

Le nom de Jean-Jacques Seymour évoque le journalisme qu’il continue à servir à la radio, à la télévision et dans la presse écrite. Il est aussi connu pour ses écrits sur la Caraïbe. C’est elle qui l’entraîne dans cette histoire de la piraterie, d’îles perdues, de trésors enfouis et de fiers vaisseaux. Et c’est parti pour une aventure qui sent bon les embruns et la poudre à canon et pour l’imagerie de l’univers pirate. Les Frères de la côte, les bandits des mers n’ont aucun secret pour lui. En 5 ans, il a travaillé près de 6 000 documents, s’est rendu sur les lieux des batailles à Cuba, à Saint-Domingue, dans les musées qui portent témoignages à Boston, La Havane, Paris, la Barbade, la Jamaïque. Il a pu consulter des archives inexploitées. Les chemins des proies consacrent ces années de recherche en offrant une autre histoire de la flibuste.

Avec lui, vous suivrez l’histoire de terribles boucaniers embrumés par les vents et le rhum. D’inquiétants marins à la jambe de bois. Le coffre qui renferme la fabuleuse carte au trésor n’attend plus que le lecteur intrépide… avide de connaître ces histoires.

 

 

Histoire et légende (extrait)

Elles sont sans doute intimement mêlées, d’autant que de leur vivant, certains flibustiers furent très attentifs à construire leur propre statue. C’est ainsi que nous sont parvenues les mémoires vraies ou fausses d’un certain Yves Timothée Le Golif dit « Borgne - Fesse » (un coup de canon lui aurait enlevé la moitié du postérieur  !). Ce flibustier, après avoir tout perdu dans la mer des Caraïbes, serait venu demander reconnaissance pour sa bravoure et réparation pour sa fortune jusqu’à la cour du roi Louis XIV qui ignorait ses services alors qu’il couvrait d’honneur Jean Bart et Duguay-Trouin. 

Que doivent à leur modèle les personnages créés par les romanciers, le Corsaire rouge de Fenimore Cooper ne ressemble-t-il pas à Laffitte, dernier grand flibustier de la zone Caraïbe ? Que dire de Long John Silver de Stevenson, sosie de « Jambe-en-Bois », bien réel celui-là ! D’où sortait l’inquiétante silhouette, de Petit Radet qui hante les pages de l’Ancre de Miséricorde ? 

Ce qui est certain, c’est que les personnages de fiction ont rejoint dans la mémoire collective la cohorte des hommes de légende, qui de Khayr al-Din à Surcouf ont signé pendant quatre siècles les pages brillantes, de l’histoire de la Marine.