Se connecter

Votre panier est vide

English | Français

La perspective du mal

Sciences humaines,

La perspective du mal

Familier de l’univers wayana, l’auteur nous convie dans cet ouvrage à aborder ce groupe carib forestier des Guyanes à partir de la perspective du malheur, et plus particulièrement du malheur somatique, à travers une approche ethnographique. Au delà des observations, il laisse souvent la parole à des interlocuteurs bien identifiés, présente des histoires de cas, s’appuie sur des récits vernaculaires, sur le lexique et sur des témoignages anciens et récents.

L’étude commence par s’intéresser à la naissance du mal ainsi qu’aux symptômes majeurs, avant d’analyser les principales catégories étiologiques ; ce sont ensuite les soins spécialisés qui font l’objet d’une recherche serrée, dont le chamanisme occupe la majeure partie, soit un quart de l’ouvrage. Les maladies constituent le thème du troisième volet, qui est suivi de diverses approches concernant le contact entre la société wayana et l’Occident. Des annexes variées et pénétrantes, riches d’enseignements divers, complètent un texte principal très fourni, agrémenté d’une centaine de photographies des années 1960 (J.-M. Hurault & E. Bois) et 1990 (J. Chapuis).

Ce voyage en maladie nous mène au cœur de la culture et de la société wayana, éclairant des aspects jusque-là méconnus. Il nous permet d’accéder au dialogue qui lie les humaines au cosmos et de comprendre comment ce dialogue va permettre, en partant d’évènements biologiques aléatoires, de bâtir un ordre qui s’applique à tous types de rapports : entre humains, entre vivants et morts, entre les hommes et leur milieu naturel et supranaturel. Les désordres du corps, inévitables et récurrents, servent ici de ressorts à l’ordonnancement du monde. 

Au cours de cette traversée, nous aurons l’occasion de constater le foisonnement et la richesse des conceptions, des représentations et des stratégies que les Wayana ont élaborés pour penser l’univers, se lier à lui, s’en servir, y établir leur place, concevoir leur organisation et finalement se penser eux-mêmes.