Se connecter

Votre panier est vide

English | Français

Joseph Zobel, Le cœur en Martinique et les pieds en Cévennes

Essai,

Joseph Zobel, Le cœur en Martinique et les pieds en Cévennes

Plusieurs fois par an, je me rends à Anduze pour rendre visite à Joseph Zobel et rester quelques jours avec lui. Il y a un mois, cependant, je ne m’attendais pas à le retrouver à l’hôpital d’Alès. Mon épouse et moi lui avons pris les mains, comme pour accompagner sa fuite vers les îles. Il ne nous a reconnu qu’à notre départ. Trois jours plus tard, Joseph va mieux. Il nous reconnaît, fait le joli cœur auprès de Christine :

— Que vais-je offrir à cette dame ?

Il lui prend la main, joue avec le cabochon qu’elle porte au doigt.

— Mais je lui ai déjà offerte cette bague.

Plus tard, l’infirmière lui apporte deux yaourts qu’il refuse sans ménagement.

— Ah, ma chère, dit-il doctement à Christine, le boudin antillais, c’est quand même autre chose !

Au moment où, rassurés, nous prenons congé de lui, nous n’avons pas fait dix mètres dans le hall que je l’entends crier, avec toute sa vigueur d’autrefois.

— José !

— Viens-là, me dit-il en faisant signe de l’approcher. Tu te rappelles ce jour où nous avons fait la sieste ensemble dans ma chambre de la maison de retraite.

— Oui !

— Et bien je vais te dire quelque chose.

— Quoi ?

— La prochaine fois, on fera un repas tout simple, mais ni toi ni moi ne sommes capables de le faire. Francis peut-être en approcherait : mais ce ne sera pas ça …

— Quoi ?

— Le boudin créole.

Le soir même, j’ai commencé à écrire ce livre…

José Le Moigne, Lodève, 5 mai 2006