Se connecter

Votre panier est vide

English | Français

Flore de femmes, Féminitude et influx migratoires

Essai,

Flore de femmes, Féminitude et influx migratoires

Écrire au sujet des femmes, on ne le fera jamais trop.

Majoritaires dans la population, elles continuent pourtant d’être traitées comme une minorité et d’être l’objet de violences et des barbaries les plus inimaginables à travers le monde.

Asservies, violées, mutilées et même tuées avant de venir au monde, toujours plus de femmes souffrent ici et ailleurs.

Des féminicides en Inde, au Bangladesh et en Chine aux viols ethniques perpétrés au Rwanda ou dans les pays de l’ex-Yougoslavie, en passant par la barbarie de l’excision qui mine (encore) de nombreux pays d’Afrique, notre société occidentale avec ses taux alarmants de violence conjugale n’est toutefois pas en reste.

Si la manière est différente, l’objectif avoué ou non reste le même : excisées, voilées, mariées de force, tuées au nom de l’honneur ou réduites à toutes formes d’esclavage ; sous-payées, battues, violées, interdites d’instruction, les formes différent, mais la volonté est la même, l’exécrable domination d’un genre sur l’autre.

Marie-Andrée Ciprut […] a semé par ses écrits, ses conférences, ses thérapies, mais ses amitiés aussi, quelques graines d’espoir.

Cet ouvrage, sans concession sur la situation des femmes aujourd’hui, nous conforte que, décidément, écrire au sujet des femmes reste un devoir de révolte et d’information.

Ne jamais s’habituer, ne jamais tolérer l’intolérable, ne jamais admettre l’inadmissible et garder l’indignation vive, afin que chaque enfant qui vient au monde puisse vivre dans la dignité, le respect, l’intégrité et l’égalité.

Extraits de la préface de Fabienne Bugnon