Se connecter

Votre panier est vide

English | Français

Espace Créole n° 11

Revue, colloque, mélanges,

Espace Créole n° 11

Le présent numéro de notre revue sort à deux mois des épreuves de l'écrit du capes de créole, concours pour lequel le gerec-f s'est battu depuis 1996 puisque cette année-là, il faisait voter par le cnu (Centre national des universités) - Section « Langues Régionales », une motion demandant au ministère de l'Education nationale la création dudit capes. L'année suivante, en 1997, un dossier complet de demande de création était envoyé au ministre de l'Education lui-même sous couvert du recteur de l'Académie de la Martinique. Entre temps, nous invitions M. Salles-Lousteau, inspecteur général pour les langues régionales au Ministère, a venir faire une conférence sur l'occitan à la Faculté des Lettres du campus de Schoelcher. En 1998 et 1999, nous contactions divers élus, toutes tendances politiques confondues (Pierre Petit, député rpr, Camille Darsières, député ppm, Claude Lise, sénateur ppm, Alfred Marie-Jeanne, président du conseil régional de la Martinique et député du Mouvement indépendantiste martiniquais, etc.) afin qu'ils nous soutiennent dans notre action, ce qui fut fait au-delà de nos espérances. Le prochain numéro d'Espace Créole (n° 12) sera consacré à un bilan du premier capes de créole et comportera l'ensemble des courriers envoyé par nous et des réponses - toutes positives - reçues tant par le gerec-f que par l'accc (Association pour la création du capes de créole), association fondée en 1998 par les étudiants martiniquais, guadeloupéens et guyanais titulaires de la licence et de la maîtrise de créole délivrées par notre université. C'est dire à quel point sont dérisoires les propos tenus aujourd'hui par certains selon lesquels la création du capes de créole serait due à la simple application mécanique de la loom (Loi d'orientation pour l'outre-mer). Rappelons simplement que cette loi date de l'an 2000.

Une fois le capes obtenu, le gerec-f n'a eu de cesse qu'il mette en place les outils indispensables à la préparation de ce concours, notamment par le lancement d'un site-web entièrement consacré au capes de créole (kapeskreol.online.fr) sur lequel les candidats non résidents à la Martinique pouvaient s'inscrire à une formation à distance entièrement gratuite mais surtout par la mise sur pied deux collections d'ouvrages didactiques, les « Guides du capes de créole » et les « Guides de Langues et Cultures créoles », chez notre éditeur, Ibis Rouge. A ce jour, six de ces ouvrages sont parus, en particulier La fable créole de Jean Bernabé qui traite du programme de l'épreuve de dissertation littéraire au concours. Une dizaine d'autres sont prévus dans le courant de la présente année. C'est dire à quel point notre groupes de recherches s'est impliqué dès le départ dans le profilage du capes de créole et, dès sa création par un décret ministériel en date du 9 février 2001, à sa consolidation. Il ne nous reste plus qu'à espérer que les adversaires de toujours de ce concours sauront taire leurs rancoeurs et oeuvreront à sa bonne marche cela dans l'intérêt des langues et cultures créoles d'une part et celui des trois-cents et quelques étudiants diplômés dans cette discipline depuis la création de la licence de créole à l'Université des Antilles et de la Guyane en 1994.

Raphaël Confiant Responsable des publications du GEREC-F.