Se connecter

Votre panier est vide

English | Français

Maurice Marchenay †

Maurice Marchenay a vu le jour à CASABLANCA (MAROC) de parents colons qui décidèrent en 1935 de s'installer en GUYANE comme planteurs bananiers. Son père, Léon Marchenay, né à CAYENNE,rue du 14 Juillet, ancien pilote de BREGUET XIV dans les années 20 avait été formé et breveté à ORLY par le célèbre NUNGESSER, As de la Guerre 14/18, ainsi qu'un certain GAUTHRIN qui allait devenir un jour le Commandant de la base de KASBA-TADLA qui a ouvert ses portes à la Sect Imp le 14 Juin 1944. La Guerre terminée,alors qu' affecté à CAZAUX (GIRONDE) pour entraîner les jeunes élèves officiers navigateur, il fut, un jour, mis pratiquement en demeure de choisir, dans les plus brefs délais, soit d'être rendu à la vie civile, soit de rengager pour une durée de 3 ans. Ne sachant si ses parents étaient toujours en GUYANE, un peu perdu dans l'hexagone dont comme beaucoup venus d'O.M, il n'avait qu'une connaissance purement livresque, sans relations familiales, il décida de rester "au manche" qu'il quitta après 17 années d'une vie de famille pour le moins décousue, mais d'un carnet de vol gonflé de 5 000 heures de vol, et, mis à part la GUYANE, la MARTINIQUE et le MAROC, la "visite" de 26 Pays agrémentée d'un premier "séjour touristique" de deux années, tous frais payés, en INDOCHINE et ses proches voisins et quelques années plus tard , en ALGERIE, au Centre Interarmées d'Essais d'Engins Spéciaux de COLOMB-BECHAR, ancêtre de KOUROU. Séjour de 5 ans partagés entre les recherches d'engins et de fusées tombées quelque part dans le désert, le transport de matériel, de personnalités et de personnel sans oublier, bien sur, les "échanges de politesses bruyantes et fumantes" avec les locataires des Djebels du coin. Rendu sur sa demande à la vie civile, trop jeune pour rester inactif, son premier soin fut de chercher un emploi et instinctivement attiré par le "parfum" du fuel et le doux "ronronnement" des réacteur, c'est tout naturellement qu'il frappa à la porte d'une usine d'aéronautique, d'une renommée mondiale plus à faire pour la qualité et les performances de ses "chasseur" et de ses avions d'affaire.............dont il eut, avec d'autres, la responsabilité de contrôler la fabrication pendant 23 années pendant lesquelles, les heures supplémentaires, de jour comme de nuit, faisait, tout naturellement, partie du quotidien. Pour conclure, il faut ajouter que son grand-père, après dix années passées en GUYANE, séduit par le ciel, avait monté et possédait sa propre école de Pilotage. BRINDEJONC DES MOULINAIS dont Maurice possède encore le télégramme annonçant son arrivée à l'école, fut un de ses élèves parmi d'autres; il faut également préciser, qu'il fut l'inventeur d'une "Aile d'Avion à surface portante variable et réglable en vol" Numéro de Brevet 3897 en date du 1er Mars 1943.

Maurice Marchenay † a publié un livre chez Ibis Rouge: